8 conseils pour décrypter les étiquettes de nos aliments

7 August 2018 0 By Jennifer B
8 conseils pour décrypter les étiquettes de nos aliments

Aujourd’hui, il est impérativement primordial de comprendre une étiquette, entre les additifs, les différents sucres et graisses « cachés », ou encore la présence des huiles indésirables(palme), on ne sait plus comment faire confiance. Mais, avec quelques astuces, c’est possible, et c’est pour cela que je vous livre 8 conseils pour décrypter les étiquettes de nos aliments et, pour le coup, ne pas vous faire avoir!

1. Décrypter les codes secrets des additifs :

Qui n’a jamais perdu la tête, devant des codes additifs comme l’E213, l’E330 ou bien l’E102? Pas de panique, il existe une classification très simple pour connaître son rôle et même un guide pour repérer ceux à éviter. Mais d’abord, c’est quoi un additif?

Un additif est une substance qui n’est pas consommé normalement comme un aliment en soi, mais qui est ajouté de façon intentionnelle afin d’obtenir des modifications sur la denrée alimentaire comme sa couleur, saveur sucrée ou encore sa texture.

La dose est surveillé selon un principe simple, la DJA (Dose Journalière Admissible), assez pour obtenir le résultat escompté, et mesuré de telle sorte à ce que vous pourriez en manger chaque jour, toute votre vie, sans conséquences sur la santé. Même si, certains additifs sont sur liste rouge et à surveiller de près…

La classification :

Très simple, premièrement l’ « E » désigne « Europe », soit l’autorisation par un organisme européen à la vente.

Ensuite, vient nos codes secrets :

– Le chiffre « 1 » désigne les colorants,

– Le chiffre « 2 » désigne les conservateurs,

– Le chiffre « 3 » désigne les anti-oxydants,

– Le chiffre « 4 » désigne les épaississants ou stabilisants,

– Le chiffre « 5 » désigne les correcteurs/régulateurs,

– Le chiffre « 6 » désigne les exhausteurs de goûts,

– Le chiffre « 9 » désigne les édulcorants,

Voilà, maintenant vous comprenez ces codes farfelus et vous pouvez tout déchiffrer.

En attendant, pour ceux qui ont une mémoire de poisson, une application smartphone existe sur « iPhone » et « Androïd » : Additifs alimentaires.

2. Repérer la présence d’huile de palme :

Depuis 2014, les industriels sont obligés d’afficher clairement la présence d’huile de palme dans les produits alimentaires, mais ils ont quand même trouvé un moyen de nous tromper.

Certaines marques profitent de termes flous pour cacher la présence d’huile de palme, comme la désignation « huile végétale » ou « graisse végétale ». Sinon il existe le petit guide vert pour vous aider.

3. Éviter les pesticides :

Malheureusement, aucune réglementation européenne n’oblige les industriels à afficher la présence de pesticides mais on peut toujours se rabattre sur les produits « Bio », et voici quelques labels de confiance :

– Label bio européen,

– Label AB,

– Demeter,

– Biocohérence,

4. Faire attention à l’ordre des composants :

Il existe une règle simple, tous les ingrédients sont affichés par ordre décroissant en terme de quantité et en %. En gros, si votre paquet de céréales préféré affiche « le sucre » en premier ingrédient, oubliez-le, il ne vous apportera pas grand chose à part des kilos en trop.

5. Comprendre les différents sucres :

Si vous faites partie de ceux qui veulent éviter une consommation excessive de sucres, voici quelques conseils pour comprendre la multitude de sucres qui existe :

– le « sucre » au singulier, c’est le sucre de table soit le « saccharose »,

– la mention « sans sucres ajoutés » signifie qu’il n’y a pas de saccharose mais peut contenir des sucres naturels comme le fructose,

– la mention « sans sucres » indique qu’il n’y a aucun sucres simples (saccharose, fructose, glucose, lactose) mais peut, du coup, contenir des édulcorants.

Sinon pour éviter toutes fausses idées sur le sucre, c’est ici.

6. Avoir le flair pour les arômes :

Sur certains produits, tout le monde a déjà vu « arômes naturels » ou encore « arômes artificiels », mais ça veut dire quoi au juste?

« Arôme naturel » ou « arôme naturel goût » signifie que cet arôme est, effectivement, d’origine naturelle mais peut avoir un goût complètement différent de son origine.

Exemple : L’acide férulique issu du riz pour reproduire le goût de la vanille.

« Arôme naturel de… » signifie qu’il contient quasi-exclusivement la substance aromatisante pour le goût.

Exemple : L’arôme de fraise est préparé à partir de 95% de fraise.

« Arôme » : des molécules aromatisantes obtenues par synthèse chimique.

7. Ne pas perturber ton cerveau :

Il existe des perturbateurs endocriniens qui interfèrent sur le fonctionnement du système hormonal et peuvent avoir des incidences sur la fertilité. Majoritairement, dans les contenants alimentaires en plastiques. Pas de panique, le site Oolution nous propose une infographie pour s’y retrouver.

8. Mais lis donc cette étiquette nutritionnelle :

Sous forme de tableau, l’étiquette nutritionnelle vous indique les valeurs nutritionnelles de chacun des nutriments en % ou g pour 100g et selon la portion par repas. Un bon moyen pour comparer les produits selon les calories et apports en sucres. Pour vous aider, nos amis les canadiens, nous présente une rubrique, rien que pour ça. Cool, non?

Voilà, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez plus, la prochaine fois que vous serez armés de votre caddie dans les rayons, les produits alimentaires n’auront plus de secret pour vous.

Et vous, avez-vous des conseils/astuces pour vous y retrouver? Prenez vous le temps de déchiffrer les étiquettes? Votre avis compte!

Partager :